A c t u a l i t é

 

                            L  I  F  E  T  I  M  E  S

         A Tribute To The Tony Williams Lifetime

 Yvan Robilliard / Justin Faulkner / Laurent David  

Yvan R-6507_edited.jpg

Depuis plusieurs mois, Yvan Robilliard rêve son nouvel album. Il y aura un batteur, solidement ancré dans la tradition Afro-Américaine, son complice bassiste - viking Laurent David, une force de la nature et un maître des basses fréquences.

Cette fois, il fera appel à un directeur artistique, Daniel Yvinec.

Depuis longtemps, son savoir et son audace grand- angle l’interpellent.

Ensemble, ils écoutent une foule de batteurs et le choix naturellement se porte sur Justin Faulkner, celui qui à 17 ans a dû choisir entre une carrière de percussionniste symphonique et la chaire de batteur auprès de Brandford Marsalis, précédemment occupée par le maître Jeff Tain Watts. La suite est inscrite dans l ‘histoire...

 

Lorsqu’ils imaginent l’album, lorsqu’ils cherchent l ‘étincelle, la direction vers laquelle les compositions vont converger, Yvinec évoque le « Lifetime » de Tony Williams, un groupe en tous points singulier qui tout en incorporant le rock, le funk et la musique psychédélique n’oublie rien ni de l ‘audacieuse interaction du Jazz, ni de sa folle liberté.

« Lifetime » sera la trame , l’inspiration de ce nouvel album conçu autour d’un batteur- orchestrateur d’exception dont le style, forgé par un amour immodéré du Jazz est également nourri par les braises du Funk, de la Pop et du Métal...
Yvan Robilliard écrira avec tous ces éléments en tête, un hommage très personnel à la pensée novatrice et libertaire de Tony Williams, spécifiquement dédié à des musiciens choisis pour leur capacité à transcender ces mondes, à aller plus loin encore, ensemble.

 

Lorsque les quatre se retrouvent, c’est une histoire qui instantanément s’écrit ...

Le disque se fera sans casque, Robilliard, Faulkner, David et Yvinec sont disposés en cercle, ils échangent librement, parlent de groove, de formes, de nuances, d’intention... et offrent, aux oreilles d’exception du légendaire Philippe Tessier- Ducros, une matière sonore étonnante, une météorite qui se consume du feu d’une inspiration et d’un sens du collectif exceptionnels. Le tout, confectionné en trois journées d’une grande intensité les laissent sonnés, eux-mêmes pris par surprise par une telle puissance.

Un groupe singulier est né, il existera sur scène, il va vivre et grandir, on se réjouit de le voir inventer en temps réel son histoire... Tony Williams, souriant, les accompagne.

For several months, Yvan Robilliard has been dreaming up his new album. He will have a drummer, firmly anchored in the Afro-American tradition, his accomplice bassist - Viking Laurent David, a force of nature and a master of low frequencies.

This time, he will call upon an artistic director, Daniel Yvinec.

For a long time, his knowledge and his wide-angle audacity have appealed to him.

Together, they listened to a host of drummers and the choice naturally fell on Justin Faulkner, the one who at 17 had to choose between a career as a symphonic percussionist and the chair of drummer with Brandford Marsalis, previously occupied by the master Jeff Tain Watts. The continuation is written in the history...

 

When they imagine the album, when they look for the spark, the direction towards which the compositions will converge, Yvinec evokes the "Lifetime" of Tony Williams, a singular group which while incorporating rock, funk and psychedelic music forgets nothing of the audacious interaction of Jazz, nor of its crazy freedom.

 

"Lifetime" will be the framework, the inspiration of this new album conceived around an exceptional drummer-orchestrator whose style, forged by an immoderate love of Jazz is also nourished by the embers of Funk, Pop and Metal...

Yvan Robilliard will write with all these elements in mind, a very personal tribute to the innovative and libertarian thinking of Tony Williams, specifically dedicated to musicians chosen for their ability to transcend these worlds, to go further still, together.

 

When the four of them meet again, it is a story that is instantly written...

The record will be made without headphones, Robilliard, Faulkner, David and Yvinec are arranged in a circle, they exchange freely, talk about groove, forms, nuances, intention... and offer, to the exceptional ears of the legendary Philippe Tessier-Ducros, an astonishing sound material, a meteorite which burns with the fire of an exceptional inspiration and sense of the collective The whole, made in three days of great intensity, leaves them stunned, themselves taken by surprise by such power.

 

A singular group is born, it will exist on stage, it will live and grow, we are delighted to see it invent its history in real time... Tony Williams, smiling, accompanies them.

thumbnail.png
zebre1.png
HOMEMADE.JPG
klarthe-logo-gd-format-2016-150x150.jpg
qobuz-988x416_edited.jpg
Unknown.png
2022/06 JazzMagazine
chocJazz mag.jpg
zebre1.png
BiG RoCK.jpg
klarthe-logo-gd-format-2016-150x150.jpg
apple-music-logo-vector-8.jpg
images.png
qobuz-988x416_edited.jpg
Unknown.png

« Un power trio prêt à décrocher la Lune. » 

                 Alice Leclercq (Jazz News)

Choc_de_l'année_2019.jpg

« Au piano comme au Fender Rhodes ou au mini-Moog, Yvan Robilliard excelle. [...] Le YR 3 - faut-il prononcer Yvan Robilliard puissance 3 ? - renouvelle l’art du trio en l’ancrant dans une actualité 2.0 post-fusion et post-hip-hop [...]  BiG RoCK tourne depuis des semaines en orbite autour de nos tympans. » 

Frédéric Goaty (Jazz Magazine)

« Un album remarquablement servi par une rythmique soudée et efficace, qui vous accroche dès les premières mesures, sans jamais plus vous lâcher avant le retour sur la Terre ferme. Mission accomplie ! »

Jacques Pauper (Couleurs Jazz)

« Ce trio, YR3, n’a rien à envier au légendaire groupe E.S.T, dont il est certainement l’héritier direct, plongé dans le monde de demain, de par la nature des compositions et des arrangements. » 

Thierry Docmac (Bayou Blue Radio - Paris Move)

 

« Ce jazz futuriste n’oublie pas de parcourir aussi les sentiments terriens, ce qui exclut l’hermétisme [...]. » 

Télérama